Colonne contenu

Le parcours du mur de Berlin - De Wollankstraße à Nordbahnhof

Lorsque vous lancez l'application, vous acceptez que vos données soient transmises à Google. Vous trouverez de plus amples informations dans notre rubrique Politique de confidentialité.

Zoom: Kirschbäume am Mauerweg
Allée de cerisiers
Image : Senatskanzlei/Planert

A l’époque du mur, la gare de RER Wollankstraße était le seul arrêt de la ligne nord qui reliait Gesundbrunnen à Heiligensee et Frohnau. Bien que située de l’autre côté de la frontière, la gare était accessible sans contrôles pour les berlinois de l’ouest. Les habitants de Berlin-Est, en revanche, n’y avaient pas accès. Le chemin de ronde des gardes-frontières de RDA passait devant la sortie nord-est du bâtiment. Aujourd’hui, cet endroit comporte une stèle et des cerisiers, issus d’une donation collective du peuple japonais en 1990, à l’occasion du premier anniversaire de la chute du mur. A la hauteur du pont Bösebrücke, l’allée de cerisiers se poursuit.

Zoom: Luftaufnahme S-Bahnhof Bornholmer Straße; Mitte: Bösebrücke; rechter Bildrand: Grenzanlagen 1961
Poste-frontière de la Bornholmer Straße sur le « Bösebrücke »
Image : Landesarchiv Berlin 0305025

Avant le pont, à gauche, le talus comporte un tronçon de mur d’arrière-plan qui séparait autrefois le poste-frontière Bornholmer Straße d’une colonie de jardins ouvriers. Le 9 novembre 1989, ce poste-frontière défraya la chronique dans le monde entier. Sous la pression des citoyens de Berlin-Est, il fut le premier des sept postes-frontières berlinois à ouvrir ses portes. Après que le gouvernement de RDA eût annoncé la veille de nouvelles dispositions applicables aux visas, les riverains de Pankow et de Prenzlauer Berg décidèrent de se rendre immédiatement à Berlin-Ouest.

Platz des 9. November
La Place du 9 novembre 1989
Image : SenStadt/Ulrich Reinheckel

La Place du 9 novembre 1989, avec ses aménagements particuliers, fut inaugurée officiellement le 9 novembre 2011 sur le site de l’ancien poste-frontière, près de sa tête de pont est. La Place accueille une exposition plein-air consacrée aux thématiques suivantes: le 9 novembre dans l’histoire allemande, la révolution pacifique en RDA et le 9 novembre 1989; le dispositif frontalier et le poste frontière de Bornholmer Straße; autres lieux de mémoire du mur de Berlin.

Zoom: Mauerpark
Vue aérienne du parc du mur
Image : Berlin Partner/FTB Werbefotografie; Grafik: d17

Lors de la construction du mur, qui commença le 13 août 1961, la gare de RER Bornholmer Straße fut fermée. Les trains à destination du nord de Berlin-Ouest traversaient cette gare sans s’arrêter. Les trains circulant entre le «ring» est et Bernau passaient par une voie des grandes lignes, que les autorités de RDA avaient fait électrifier dès 1952 après la fermeture de la frontière ouest et du «ring» autour de Berlin. La ligne entre Schöneweide et Pankow ne devait plus transiter par la gare de Gesundbrunnen, située à Berlin-Ouest. C’est pourquoi un tronçon de ligne de RER a été enterré lors de la construction du mur. En décembre 1961, la courbe «Staline» était devenue la «courbe Ulbricht», une ligne ferroviaire entre Schönhauser Allee et Pankow. Une portion du mur d’arrière-plan, située entre Behmstraße et Mauerpark, est encore visible aujourd’hui. Ce mur servait à séparer les installations ferroviaires des quartiers d’habitations est-berlinois adjacents. Le parcours du mur continue ensuite son itinéraire par la alte Schwedter Straße, avant de traverser le Mauerpark (le parc du mur). Ce parc doit son actuelle largeur à un échange territorial effectué en 1988/1989. Au cours de cette opération, l’emprise de l’ancienne gare de fret de Eberswalder fut cédée à la RDA.

Zoom: Flucht an der Bernauer Straße am 17. August 1961
Fuite, Bernauer Straße, 17 août 1961
Image : Landesarchiv Berlin 0076136/Horst Siegmann

Après le parc du mur, le tracé de l’ancienne frontière effectuait un coude vers la droite. C’est ci, au début de la Bernauer Straße, que se trouvait, jusqu’à l’échange territorial de 1988, la plus haute plate-forme panoramique d’observation de la bande frontalière. C’est à cet endroit que commence la délimitation de l’ensemble commémoratif du mur de Berlin. La Bernauer Straße, que le parcours du mur suit jusqu’à la gare de RER Nordbahnhof, a acquis une triste célébrité au lendemain du 13 août 1961. Au cours de tentatives désespérées de fuite, certains riverains n’hésitèrent pas à sauter par les fenêtres de leurs maisons, qui faisaient désormais partie de Berlin-Est alors que le trottoir appartenait à Berlin-Ouest. L’ensemble commémoratif du mur de Berlin a pour vocation de documenter l’histoire de cette rue séparée en son milieu. A travers le destin de la Bernauer Straße, ce mémorial long de 1,4 kilomètres, qui est implanté sur l’ancienne bande frontalière, raconte l’histoire de la séparation de l’Allemagne de façon palpable.

Zoom: Besucherzentrum Gedenkstätte Berliner Mauer
Le centre d'accueil des visiteurs
Image : Hohmuth, Stiftung Berliner Mauer

Le site abrite le dernier tronçon du mur de Berlin qui comprend l’intégralité du dispositif frontalier tel qu’il était en place à la fin des années 80. L’ensemble comprend également un mémorial en hommage à la ville divisée et aux victimes du règne communiste par la violence, ainsi que la fenêtre de la mémoire, c’est-à-dire le centre de documentation avec sa plateforme panoramique surélevée et son centre d’accueil pour visiteurs dans la Gartenstraße. L’ensemble commémoratif de la Bernauer Straße est le principal lieu de mémoire consacré à la séparation de l’Allemagne.

Zoom: Kapelle der Versöhnung
Kapelle der Versöhnung - La chapelle de la réconciliation
Image : Jungblodt

Dans la Bernauer Straße vous passerez également devant la Kapelle der Versöhnung (chapelle de la réconciliation). Cette dernière a été construite sur le site de l’ancienne église évangélique de la réconciliation, qui se trouvait dans le dispositif frontalier et avait été démolie en 1985 à la demande du gouvernement de RDA.

Nous vous conseillons de consacrer suffisamment de temps à la visite de l’ensemble commémoratif, qui n’est pas très éloigné de la fin du parcours historique.

  • Informations sur l’étape: A partir de la gare de RER de Wollankstraße, l’itinéraire longe dans un premier temps la voie ferrée et le tracé de l’ancienne frontière jusqu’à la Grünthaler Straße. De là, vous emprunterez un passage sous-terrain à hauteur de l’esplanade, qui vous permettra de ressortir du côté est de la gare. Ensuite, le parcours continu de suivre le tracé de l’ancienne frontière. Il passe sous le pont Bösebrücke, emprunte le Schwedter Steg et la Schwedter Straße jusqu’au parc du mur. Avec sa petite ferme, son jardin d’enfants et ses balançoires, cette étape longue de cinq kilomètres est idéale pour les enfants. En chemin, vous croiserez également des cafés, ainsi qu’un marché aux puces le dimanche. Comme pour toutes les étapes intra-urbaines du parcours du mur, vous pouvez à tout moment interrompre votre excursion et repartir en bus ou en tram.

Attractions touristiques le long du circuit

La salle polyvalente Max Schmeling

Avec une capacité d’accueil de 11.000 places, la Max-Schmeling-Halle est l’une des plus grandes installations sportives de Berlin. Cet équipement a été aménagé entre 1993 et 1997 dans le cadre de la candidature de Berlin pour les Jeux Olympiques 2000. Autres informations

Le stade Friedrich Ludwig Jahn

Lien vers: Le stade Friedrich Ludwig Jahn
Image : Partner für Berlin/FTB-Werbefotografie

Avec une capacité d’accueil de 11.000 places, la Max-Schmeling-Halle est l’une des plus grandes installations sportives de Berlin. Cet équipement a été aménagé entre 1993 et 1997 dans le cadre de la candidature de Berlin pour les Jeux Olympiques 2000. Autres informations

L’église de Sion

Lien vers: L’église de Sion
Image : York - Fotolia.com

Sur une butte de la banlieue de Rosenthal, vous découvrirez l’église évangélique de Sion, bâtie entre 1866 et 1873 en style plein-cintre de l’après Schinkel. Pendant la RDA, elle fut un lieu de rencontre pour les opposants au régime. Autres informations