Colonne contenu

Mémorial du Mur dans la maison Marie-Élisabeth Lüders

Depuis la construction du Mur le 13 août 1961, des gens, des organismes privés et des institutions publiques ont compilé des connaissances sur les citoyens qui ont trouvé la mort en tentant de fuir. Les recherches louables de nombreuses personnes engagées fondent le socle des données chiffrées mentionnées sur le mémorial du Mur.

On déplore non seulement des morts à Berlin et tout le long de la frontière interallemande, mais beaucoup de personnes ont également été abattues en tentant de fuir par la mer Baltique ou par les frontières extérieures de la RDA. D’autres ont été arrêtées dès les préparatifs de leur fuite, exécutées ou tuées autrement. Même des gens qui se sentaient en sécurité à l’Ouest après leur fuite ont été assassinés dans ce prétendu havre ou rapatriés de force en RDA et exécutés sur place. Parmi les victimes du Mur, se trouvent aussi des soldats de l’armée populaire nationale de RDA et des forces armées soviétiques.

Les données chiffrées sur les cas connus et attestés à ce jour sont inscrites sur les segments du Mur par année (données de décembre 2003).

Les tronçons du Mur ont été sauvés par Ben Wagin, qui les a pourvus de chiffres. Stephan Braunfels, l’architecte de la maison Marie-Élisabeth Lüders a placé les tronçons conformément au tracé originel du Mur, donnant ainsi l’impression de corps étrangers douloureux qui entaillent l’architecture.
(Source : Bundestag)

Lorsque vous lancez l'application, vous acceptez que vos données soient transmises à Google. Vous trouverez de plus amples informations dans notre rubrique Politique de confidentialité.