La construction du mur

Bau der Mauer
Image : Landesarchiv Berlin 0076393/Horst Siegmann

Entre 1949 et 1961, près de 2,7 millions de citoyens avaient quitté la RDA et Berlin-Est. Cet exode, composé pour la moitié de jeunes de moins de 25 ans, amplifiait les problèmes du pays pour le SED. Tous les jours, plus d’un demi-million de personnes passaient la frontière entre les secteurs d’occupation de Berlin et comparaient ainsi les conditions de vie. En 1960 seulement, environ 200.000 citoyens de RDA s’étaient installés définitivement en RFA ou à Berlin-Ouest. La RDA se trouvait au bord de la faillite économique.

Le 15 juin 1961, le président du conseil d’état de RDA, Walter Ulbricht, avait déclaré: „personnes n’a l’intention de construire un mur“. Et pourtant, le 12 août 1961, le conseil des ministres de RDA annonça: «un dispositif de contrôle aux frontières de la RDA avec l’Allemagne de l’Ouest et les secteurs d’occupation occidentaux à Berlin, tel qu’il est pratiqué par tous les états souverains, sera mis en place, afin de mettre un terme aux activités hostiles du pouvoir militaire rancunier de l’Allemagne de l’Ouest et de Berlin-Ouest». Nulle mention ne fut faite dans cette déclaration du conseil des ministres quant au fait que les citoyens de RDA n’aurait plus le droit de quitter les frontières de leur pays.

Au petit matin du 13 août 1961, des barrages provisoires furent mis en place autour du secteur d’occupation soviétique et les routes d’accès coupées. Des détachements de la police militaire, de la police des transports et des milices ouvrières stoppèrent le trafic à la frontière avec les secteurs occidentaux de la ville. Ce n’est sûrement pas sans arrière-pensée que le SED avait choisi un dimanche pendant les congés d’été pour exécuter son opération.

Au cours des jours et semaines qui suivirent, les barrages barbelés provisoires déployés à la frontière avec Berlin-Ouest furent remplacés par un mur en dalles béton renforcé de briques creuses, monté par des ouvriers sous étroite surveillance des gardes-frontières de RDA. Les bâtiments limitrophes, tels que les immeubles de la Bernauer Straße, où le trottoir se situait dans l’arrondissement de Wedding (donc à Berlin-Ouest), et les rangées sud d’immeubles dans l’arrondissement Mitte (donc à Berlin-Est), furent tout simplement intégrés dans le dispositif de séparation entre les deux moitiés de la ville. Avec une opération coup de poing, les autorités de RDA firent murer les entrées d’immeubles et les fenêtres des rez-de-chaussée. Les habitants concernés ne pouvaient accéder à leurs logement que par les cours intérieures qui se trouvaient en territoire de RDA. C’est ainsi que de nombreux logement furent évacués de force dès 1961, non seulement dans la Bernauer Straße, mais aussi dans d’autres quartiers frontaliers.

Avec la construction du mur, certaines places ou quartiers entiers furent divisés abruptement d’un jour à l’autre, et le réseau suburbain de transports publics fut en partie neutralisé. Le soir du 13 août, le maire de Berlin déclara dans une allocution publique, devant le chambre des députés: «(…) Sous les yeux du monde entier, le sénat de Berlin condamne les mesures inhumaines et illégales adoptées par ceux qui veulent séparer l’Allemagne, opprimer Berlin-Est et menacer Berlin-Ouest (…).»

Le 25 octobre 1961 fut le jour de la confrontation des chars d’assaut américains et soviétiques devant le poste-frontière pour ressortissants étrangers de Friedrichstraße (Checkpoint Charlie): les gardes-frontières de RDA avaient exigé de contrôler des représentants des forces alliées occidentales, qui s’apprêtaient à rentrer dans la zone d’occupation soviétique. Pour les américains, cette consigne était attentatoire au principe de libre circulation des forces alliées dans la ville occupée. 16 heures durant, les deux puissances nucléaires restèrent ainsi figées, face à face, avec des blindés séparés de quelques mètres seulement. Le monde entier redouta la guerre. Mais un jour plus tard, les forces en présence se retirèrent. Grâce à l’intervention diplomatique du président américain Kennedy, le chef d’état et du parti soviétique Chruschtschow avait fini par reconnaître officiellement le statut d’occupation quadripartite de Berlin.

Par la suite, le dispositif de séparation fut étoffé et les contrôles aux frontières perfectionnés. A l’intérieur de Berlin, le mur qui séparait la partie Est de la partie Ouest, s’étendait sur 43,1 kilomètres. La portion extra-urbaine de séparation entre Berlin-Ouest et la RDA mesurait 111,9 kilomètres. Entre 1961 et 1989, plus de 100.000 personnes ont essayé de fuir la RDA en franchissant la frontière entre les deux Allemagnes ou le mur de Berlin. Plus de 600 fugitifs ont été abattus par les gardes-frontières de RDA, ou ont trouvé la mort autrement. On dénombre au moins 140 morts autour du seul mur de Berlin au cours de cette période.

Liens:

Conférence de presse de Walter Ulbricht le 15 juin 1961

Construction du Mur le 13 août 1961