Le lieu commémoratif «parlement des arbres» / Monument commémoratif du mur dans la Marie-Elisabeth-Lüders-Haus

Parlament der Bäume: Die Granitplatten nennen 258 Namen von Maueropfern, die an der innerdeutschen Grenze starben.

Le «parlement des arbres» est un lieu commémoratif à la mémoire des victimes du mur de Berlin, né de l’inspiration de l’artiste Ben Wagin, qui a conçu cette installation en 1990 sur le tracé de l’ancienne frontière. L’ensemble, qui comprend des arbres, des pierres commémoratives, des images, des textes ainsi que différents vestiges et témoignages du dispositif frontalier, a été réalisé par un collectif d’artistes. Les noms de 258 victimes du mur sont inscrits sur des plaques de granit.

Les segments du mur d’arrière-plan érigés en mémorial ne sont pas tous exposés «in situ», c’est-à-dire à leur endroit d’origine. Le «parlement des arbres» a dû être rapetissé lors de la construction du bâtiment Marie-Elisabeth-Lüders, qui abrite la bibliothèque du parlement allemand. La nouvelle installation du mémorial à l’intérieur du parlement se compose de segments de mur originels, sur lesquels l’artiste Ben Wagin a inscrit, pour chaque année, le nombre de victimes recensées. Au sous-sol, les segments exposés montrent l’ancien tracé du mur de Berlin. Ce lieu de mémoire a été inauguré officiellement en septembre 2005 sous la dénomination «monument commémoratif du mur de Berlin dans la Marie-Elisabeth-Lüders-Haus» par la Sénatrice en charge de l’urbanisme pour la ville et le Land de Berlin, Madame Ingeborg Junge-Reyer et par le Président du parlement, Wolfgang Thierse. Le mémorial est accessible depuis les quais du Schiffbauerdamm, situés 10117 Berlin-Mitte. Entrée gratuite du vendredi au dimanche de 11h00 à 17h00. La promenade du Schiffbauerdamm s’étend du pont Marschallbrücke (sur lequel courait le mur) jusqu’à la Kronprinzenbrücke, un pont qui fut détruit pendant la seconde guerre mondiale et qui ne fut pas reconstruit. Sa reconstruction d’après le projet de l’architecte Santiago Calatrava fut l’un des premiers rapprochements très symboliques entre Berlin-Est et Berlin-Ouest au lendemain de la chute du mur en 1989/90. Sur ce site, le tracé du mur prêtait à confusion. La frontière politique entre Berlin-Est et Berlin-Ouest, qui était décisive pour les fugitifs, suivait la berge sud de la Spree, du côté du Reichstag, alors que le mur de séparation physique avait été installé par les autorités de RDA de l’autre côté de la Spree, c’est-à-dire sur la rive nord.

Lorsque vous lancez l'application, vous acceptez que vos données soient transmises à Google. Vous trouverez de plus amples informations dans notre rubrique Politique de confidentialité.

Gedenkorte für Todesopfer

Gedenkstätten