Colonne contenu

L’ancien poste-frontière Friedrichstraße (Checkpoint Charlie)

Lorsque vous lancez l'application, vous acceptez que vos données soient transmises à Google. Vous trouverez de plus amples informations dans notre rubrique Politique de confidentialité.

A partir du 22 août 1961, le poste-frontière «Checkpoint Charlie» devint le point de passage pour les membres des forces alliées américaines, britanniques et françaises stationnées à Berlin et désirant se rendre à Berlin-Est. Les touristes étrangers pouvaient y obtenir des renseignements sur les séjours à Berlin-Est.

Ce poste-frontière doit son appellation à l’alphabet de l’OTAN. Les membres des forces alliées stationnées en Allemagne disposaient de trois points de passage pour rejoindre le centre de Berlin: le Checkpoint A (Alpha) à Helmstedt, qui était le point de passage de RFA en RDA, le Checkpoint B (Bravo) à Drewitz, qui était le poste de passage de RDA à Berlin-Ouest, et, enfin, le Checkpoint C (Charlie), le poste-frontière pour le transit de Berlin-Ouest à Berlin-Est.

En octobre 1961, le poste-frontière de Friedrichstraße, qui était le point de passage pour les membres des forces alliées, devint le théâtre de la fameuse confrontation des chars d’assaut. C’est ainsi que «Checkpoint Charlie», véritable symbole du conflit des superpuissances pendant la guerre froide, devint le poste-frontière urbain le plus célèbre.

Aujourd’hui, une installation de l’artiste Frank Thiel et un panneau d’information du parcours historique du mur de Berlin rappellent l’ancien poste-frontière. L’endroit acueille aussi le musée du mur de Checkpoint Charlie, qui fit installer dans la Friedrichstraße une imitation de la première guérite des alliés.

Si vous en avez le temps, n’hésitez pas à remonter la Zimmerstraße vers l’est, jusqu’à la Charlottenstraße, où vous trouverez le lieu commémoratif Peter Fechter, à l’écart de l’affluence touristique. De l’autre côté, à l’ouest, vous pourrez également contempler un segment original du mur, sur le site de «La topographie de la terreur».