Pavillon de chasse de Grunewald

Pavillon de chasse de Grunewald

Le pavillon de chasse fait partie des trente-deux châteaux historiques de la dynastie des Hohenzollern. Un but de promenade prisé des Berlinois dans la verdure de Grunewald.

Pavillon de chasse de Grunewald

© dpa

Le pavillon de chasse de Grunewald - Jagdschloss Grunewald - fait partie des 32 châteaux historiques de Prusse, résidences et parcs qui constituaient la propriété de la dynastie des Hohenzollern à Berlin, Potsdam et dans le Brandebourg. Celle-ci comptait également Cecilienhof, où se tint la conférence de Potsdam en 1945 et qui est depuis 1955 régi par la Stiftung Preussische Schlösser und Gärten Berlin-Brandenburg (Fondation des châteaux et jardins prussiens de Berlin-Brandebourg). Les résidences prussiennes devinrent propriété d’Etat en 1918, et furent transformées en musées ouverts au public. Elles comprennent plus de 300 bâtiments et 700 hectares de jardins. En 1990, elles furent inscrites au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Des chefs-d’oeuvre de Lucas Cranach l’Ancien

Le pavillon de chasse de Grunewald est le plus ancien des châteaux prussiens dans Berlin. Le château fut transformé en galerie d’art en 1932 et l’on peut y découvir des œuvres d’art du 15ème au 18ème siècle, parmi lesquelles des peintures incontournables de Lucas Cranach l’Ancien représentant la famille royale. L’attraction majeure, jusqu’à l’achèvement des travaux de restauration, se trouve dans le bâtiment adjacent au pavillon de chasse – l’entrepôt du matériel de chasse – avec son exposition sur les différentes traditions des chasses royales. Parmi les objets exposés, exhumés en partie lors de fouilles dans les anciennes douves, se trouvent un portrait de l’Electeur Joachim II, du mobilier, des porcelaines et une collection d’armes à feu.

Par force de chiens

La tradition de la chasse à courre dans les cours des Electeurs et des rois de Prusse remonte à 1542. Construit sur les plans d’un château Renaissance par l’Electeur Joachim II (1505-1571), le pittoresque “zum Gruenen Wald” est idéalement situé au bord du lac de Grunewald. Des modifications dans le style baroque y furent apportées aux environs de l’année 1700. C’est à cet endroit que le prince Charles de Prusse réintroduisit le “Parforcejagd” – mot issu du français, littéralement “par force de chiens” en 1828. Passe-temps préféré des maîtres de la Prusse, durant cette chasse - également désignée sous le terme de chasse au chien courant -, la proie était encerclée dans un clos puis tuée par les chasseurs.

Le pavillon de chasse de Grunewald, de la Renaissance au Baroque

La façade du bâtiment est d’un blanc immaculé. Parmi les caractéristiques les plus intéressantes de son style Renaissance, on compte le dernier hall d’entrée subsistant de cette période, reconnaissable à son plafond peint découvert accidentellement durant des travaux de restauration en 1973. Les deux autres sont une cage d’escalier polygonale et un portail de deux étages de 1542, qui faisait à l’origine partie du pont-levis franchissant les douves. Le palais Renaissance original avait probablement des fenêtres aux encadrements de grès plus petits que ceux que l’on voit de nos jours, ainsi que des pignons. Le toit mansardé du pavillon de chasse de Grunewald appartient à la période des transformations de l’époque baroque et les plafonds de style baroque sont en pur stuc. Les dépendances sont toujours présentes, incluant une cuisine à haut pignon.

Information

Karte

Adresse
Hüttenweg 100
14193 Berlin
Horaires d‘ouverture
Janvier et février fermé
Mars: samedi et dimanche 10 - 16 h
D’avril à octobre: du mardi au dimanche 10 - 18 h
Remarques
En hiver, visite du pavillon de chasse de Grunewald uniquement accompagnée: dernière visite guidée à 15h00.
Tarifs
6,- euro, tarif réduit 5,- euro
Architecte
Caspar Theiß, Johann Arnold Nering, Martin Grünberg
Style architectural
Renaissance

Transports en commun

Dans le même quartier

Source: berlin.de | Tous les textes, photos et graphiques sur ce site sont protégés par le droit d'auteur (copyright). Ils ne peuvent être copiés, reproduits, traduits ou utilisés de quelque manière que ce soit.

| Mise à jour: 19. novembre 2015